Château d’Issan 2016
 
A l’heure où les assemblages du Château d’Issan 2016 sont finalisés, Emmanuel Cruse, qui dirige 3 propriétés dans le Médoc : Château d’Issan (Grand Cru Classé en 1855 Margaux), Château Pédesclaux (Grand Cru Classé en 1855 Pauillac) et Château Lilian Ladouys (Cru Bourgeois Saint Estèphe), tire les premières conclusions du millésime 2016.
400x467
DES CONDITIONS ESTIVALES EXCEPTIONNELLES
 
Du 1er janvier jusqu’au début du mois de juin, le vignoble médocain « bénéficie » d’une pluviométrie continue. Les travaux de drainage réalisés en 1995 dans l’enclos d’Issan permettent de réguler l’alimentation en eau dans les parcelles. Les vignes étant profondément enracinées, elles bénéficient donc d’une alimentation hydrique régulière.

Miraculeusement, la pluie s’arrête la 1ère semaine de juin et permet ainsi une floraison homogène et abondante.

Le soleil s’installe durablement à partir du 20 juin, s’en suit alors un été chaud et sec jusqu’au 13 septembre où une pluie salvatrice arrose le vignoble. Elle fournit une quantité homogène d’eau avec 33 mm sur les 3 vignobles et permet de réveiller la vigne et de relancer le processus de maturation.

150x180
LA FORCE DE L’ENCLOS D’ISSAN
 
 
85% des vignes de l’enclos d’Issan ont plus de 20 ans. Aucun stress hydrique ou blocage au cours du cycle végétatif n’est constaté.

Grâce aux réserves en eau contenues dans le sol et cumulées au cours du 1er semestre, le vignoble est prêt pour démarrer les vendanges en toute sérénité.

L’été indien qui suit, la fiabilité des prévisions et la bonne amplitude thermique entre le jour et la nuit de tout le mois de septembre (allant parfois jusqu’à 20°C de différence), permettent aux tannins du raisin de continuer à mûrir lentement et progressivement.

DES VENDANGES SENSIBLEMENT IDENTIQUES A CELLES DE 2010, LES VOLUMES EN PLUS

Au Château d’Issan les vendanges débutent le 29 septembre pour s’achever le 19 octobre.

Elles offrent de beaux rendements liés en grande partie à une météo favorable, à une floraison courte et très homogène.

Dès les premières dégustations de baies, les équipes constatent la richesse du millésime sans pour autant ressentir d’excès qui auraient pu être liés à la chaleur et à la sécheresse de l’été 2016.

Les dégustations de l’assemblage définitif réalisé fin janvier confirment un millésime à l’équilibre exceptionnel.

Une qualité homogène sur les 3 appellations communales concernées : de Margaux à St Estèphe.