700x646
206x206
Un trésor mytilicole
Dès ce mois de juillet, les mytiliculteurs vont détacher de savoureux coquillages noirs de leurs perchoirs, bercés longuement par les eaux de la Baie . La Moule de bouchot de la Baie du Mont-Saint-Michel, seule détentrice d’une Appellation d’Origine Protégée (AOP) dévoilera alors toutes ses saveurs.
200x170
Haut perché, le mollusque a grandi au minimum onze mois sur son bouchot, à l’abri de ses prédateurs : crabes, bigorneaux perceurs et du sable. Cette technique authentique, couplée aux eaux nourricières de la Baie, confère au produit toutes ses propriétés gustatives et organoleptiques uniques : une chair colorée, onctueuse et légèrement sucrée.

La récolte s’effectue à bord de bateaux amphibies. Les Moules de bouchot de la Baie du Mont-Saint-Michel sont ensuite dégrappées, criblées, lavées, triées manuellement puis conditionnées pour la vente.

Les gourmands découvriront alors leur fine chair orange vif !

L’AOP, gage de qualité au niveau européen
 

Après avoir reçu un premier signe officiel AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) en 2006, le premier décerné à un produit de la mer, la Moule de bouchot de la Baie du Mont-Saint-Michel gravit les marches de la reconnaissance européenne en se voyant décerner, en 2011, l’Appellation d’Origine Protégée. Une protection supplémentaire, gage de l’origine, de la qualité et de la culture particulière de ce produit. Ces appellations mettent également en lumière le travail des mytiliculteurs, dont chaque geste figure désormais dans un cahier des charges qui garantit l’authenticité de ce mode d’élevage.

Chiffres clés :
 

248 km de bouchot soit 318 000 pieux d’une hauteur maximale de 3,50 m
Un pieu héberge entre 40 & 80 kg de moules
11 mois pour le cycle de reproduction
Production annuelle de 10 000 tonnes, soit 20 % de la production française.

200x170

Comment déguster la Moule de bouchot de la Baie du Mont-Saint-Michel ?
 

Avec un taux de chair supérieur ou égal à 25 %, la Moule de bouchot de la Baie du Mont-Saint-Michel est particulièrement généreuse et riche en protéines. Pour préserver toutes ses saveurs, les mytiliculteurs privilégient une cuisson sans eau, à couvert dans un grand faitout. Quelques minutes suffisent pour voir le coquillage s’ouvrir : il faut compter une portion de 700 grammes par personne. Peu calorique, les plus gourmands peuvent se resservir sans complexes !

Alors prêts pour un apéro d’été ? Simplissime ! ICI