Tompon-mini 467x650
Cookissime-banniere-forum-1-2
Mon conseil


Cookissime-banniere-forum-1-2
Boulettes de veau fondantes au basilic
juche

Recette pour 4 personnes

20 mins de préparation : 30 mins de cuisson
Difficulté de la recette : Très Facile

Ingrédients de la recette

  1. Haché de veau : 500 g
  2. Gousses d'ail : 2
  3. Oignons : 2
  4. Bouquets de basilic vert : 2
  5. Branches de thym : 3
  6. Pulpe de tomate : 800 g
  7. Mozzarella : 150 g
  8. Pain de campagne (coupé en tranches de 2 cm d'épaisseur) : 400 g
  9. Citron confit coupé en dés (Bocal ou conserve) : 1
  10. Cuillère à soupe de petites câpres : 1
  11. Olives vertes : 50 g
  12. Huile d'olive
  13. Farine
  14. Sel
  15. Poivre
Préparer les boulettes : saler et poivrer le haché de veau, ajouter la moitié du thym émietté et la mozzarella râpée, mélanger, former des boulettes et les rouler dans la farine. Chauffer une sauteuse avec un filet d’huile d’olive et une gousse d’ail écrasée, colorer rapidement les boulettes de veau à feu vif et les réserver sur un papier absorbant.

Dans la même sauteuse, colorer les oignons ciselés, ajouter la pulpe de tomate et laisser mijoter 20 minutes à feu modéré, disposer les boulettes de veau sur la sauce tomate, ajouter les câpres, les olives et le citron confit, poursuivre la cuisson 10 minutes environ.

Pendant ce temps, préparer les croûtons de pain : frotter les tranches de pain avec le reste d’ail, les badigeonner d’huile d’olive, les saupoudrer du reste de thym émietté, les disposer sur une plaque et les toaster à four chaud (180 °C – Th. 6), 10 minutes environ. Lorsqu’elles sont bien croustillantes, les briser en petits morceaux et les réserver sur un papier absorbant.

Rectifier l’assaisonnement si besoin, ajouter les croûtons de pain et le basilic effeuillé.

Servir les boulettes de veau fondantes au basilic bien chaudes.

Le conseil du chef 
Pour cette recette, utiliser les olives picholines, les câpres de l’île de Pantelleria IGP pour leur finesse et un mélange de basilic vert et pourpre

Une recette de Mauro Colagreco