487x650
Des hommages de chef
 
 
Lettre à l’ami fidèle,
En avant propos, nous partageons la peine de ta famille et de tes proches qui t’ont soutenu dans ton combat face au mal…
Tes frères compagnons t’appelle “Poitevin” , tes admirateurs “world over” Mister Robuchon, certains communiquant J R mais pour nous tu reste Joël pour toujours.
Tu as soutenu notre corporation au travers de la qualité : avec les restaurateurs parisiens en son temps,avec les Eurotoques, les Cuisiniers deFrance ,les MOF sans oublier toutes les belles associations qui honorent notre patrimoine culinaire et bien entendu ta presidence de notre collège culinaire de France. Tu as toujours su tendre la main et donner de ton précieux temps.Tu as vécu en disciple de la rigueur qualitative et du génie en véhiculant la belle image de la cuisine et de son histoire hexagonale. Tu as su t’enrichir de diverses cultures gourmandes et de métissages savants avec le culte du détail dans la tète.
Tu as oeuvré dans l’excellence et transmis ton savoir exceptionnel. Avec patience et maîtrisé tu as porté ces fameuses “valeurs” à plusieurs générations . Merci aussi pour ton souci du perfectionnisme. J’en veux pour souvenir l’enregistrement de ta première émission "bon appétit, bien sûr "…
Nous devions cuire un foie gras de canard entier que j’avais religieusement choisi et apporté, et toi Joël tu m’en présente deux autres superbes aussi… au cas où la cuisson serait douteuse visuellement ! Bravo pour ton extrême exigence.
Avec toi cher Joël pas besoin de "devoir de mémoire ". Tu as tout écrit et transmis avec précision. Dans le monde entier ton message PROFESSIONNEL est inaltérable et nous serons toujours dans ton esprit. Amitiés indéfectible au nom de la cuisine française.
Alain Dutournier
 

Je vous aime
Frédéric Anton
 

Monsieur Robuchon, il y a tellement de choses à dire sur votre personnalité, sur ce que vous nous avez transmis, sur votre volonté du travail bien fait, sur les défis gastronomiques internationaux…Vous avez fait brillé les étoiles partout et surtout dans nos yeux. Soyez assuré aujourd’hui que toute la famille Robuchon est soudée à jamais. Merci Maître de nous avoir donné autant, je vous aime.
Alain Pégouret
 

Il a été mon maître, celui qui m’a enseigné les techniques, communiqué l’amour du produit, un grand homme vient de nous quitter. Après plusieurs années à ses côtés je conserverais le souvenir d’un homme rigoureux, précis, exigeant, il a été mon chef, il est aujourd’hui retourné à la terre, celle qu’il aimait tant. Au revoir Monsieur Robuchon.
Thierry Schwartz
 

Mon grand Joël,
tu es parti ce jour, mais tu resteras pour moi, pour nous, celui qui a donné le chemin à prendre à ceux qui ont su t’entendre.
Je perd un frère, rejoins ce que l’on appel chez nous l’éternel Orient.
Une pensée en ce jour pour ta famille et tes proches ; Eric Bouchenoir, Antoine Hernandez, Francois Benot, Philippe Braun, Eric Lecerf, Frederic Anton, Eric Briffard, Benoit Guichard, Philippe Groult, Philippe Gobet , Alain Pegouret, Dominique Bouchet, Christophe Cussac et encore bien d’autres.
Tu resteras, tu n’es pas parti, on poursuivra ton oeuvre.
Frédéric SIMONIN
 

Cher Joël,
Difficile de t’écrire en sachant que tu ne liras pas ces lignes.
Toutes ces années passées à te côtoyer, d’abord comme simple relation professionnelle partageant une même passion pour la cuisine puis en proche collaboratrice, m’ont fait découvrir l’homme de Coeur que tu étais.
Je ne parlerai pas du chef exceptionnel, reconnu et encensé dans le monde entier. Même si c’est là que réside ta plus belle fierté.
On le serait à bien bien moins que ça.
Non je voudrais parler au père, au grand père, heureux de retrouver sa famille dans sa maison en Espagne, je voudrais parler au Maitre qui a su former des grands cuisiniers et leur transmettre les valeurs essentielles de son métier, je voudrais parler à l’ami fidèle, qui depuis plus de trente ans n’a jamais laissé un de mes appels sans réponse, qu’il soit au bout du monde ou couché dans un lit d’hôpital, je voudrais parler au chef de Bon Appétit bien sûr, qui a su mettre en lumière tant de jeunes talents encore inconnus du public, et leur faire partager son idée de l’excellence.
Je voudrais te dire, cher, très cher Joël, combien j’ai considéré comme un immense privilège de faire partie, comme tu me l’as dit un jour, de ta famille de Coeur.
Te dire combien tu vas me manquer, nos échanges au tél ou nos textos, nos rencontres au cours d’événements ou à l’Atelier, tes Like sur mon compte Instagram, les photos que tu postais sur ton compte, depuis quelque temps plus intimistes… ton beau regard empreint de tristesse.
Je ne franchirai plus du même pied léger et joyeux le seuil de tes établissements, sachant que aucun petit message attentionné de toi ne m’y attend.

Le dernier, il y a 3 mois, transmis avec émotion par ton vieux complice Antoine Hernandez, en arrivant à cette si délicieuse table japonaise parisienne…
« Joël te fait dire que tu es dans son cœur et qu’il t’embrasse très fort »
Ton dernier message, Joël.
Comme un adieu, que je n’ai pas su comprendre, tant tu as su me rassurer tous ces mois derniers quand je prenais de tes nouvelles…
Toujours aussi discret, attaché à ne jamais inquiéter, ne jamais embarrasser les autres.
Heureusement je t’ai répondu immédiatement.
Notre dernier échange, je le garde précieusement, est empli de tendresse et de simplicité.
Comme l’a toujours été notre relation.
 

So long ! My friend.
On se retrouvera dans une autre vie, j’en suis sûre.
Caro