En l’honneur d’une grand-mère bretonne !
 
Joséphine est née de la rencontre entre deux passionnés, fiers de leurs origines bretonnes, désireux de transmettre leur inconditionnelle gourmandise et leur bienveillante générosité.
400x467
150x180
Jean-François Celbert a grandi avec l’odeur du pain chaud et a dédié 22 ans de sa vie à la meunerie. Il acquiert ainsi une véritable expertise dans l’univers de la boulangerie, y consacrant même ses loisirs, puisqu’il chine et collectionne tous les objets anciens autour du métier. Il devient également consultant de la Maison Bordier, un monde très complémentaire de celui de boulanger. Benoît Castel, quant à lui, a officié comme chef pâtissier à la Grande Epicerie durant 7 ans après avoir fait ses armes chez Hélène Darroze puis dans le groupe Costes.

Ensemble ils ont choisi de mettre leurs talents respectifs au service de nos papilles et d’émoustiller nos cinq sens grâce à leur savoir-faire, doublé d’un certain esprit créatif.

Joséphine est le nom de la grand-mère bretonne de Jean-François Celbert. Excellente cuisinière, elle a déjà donné son nom à une très belle adresse, avenue Marceau, et prêté son physique débonnaire au santon breton devenu l’icône de cette boulangerie, pâtisserie & jolie cuisine, installée depuis 2010, dans le fameux Triangle d’Or.

Enhardie par son succès rive droite, Joséphine décide donc, en Juillet 2012, d’élire domicile rive gauche, dans une demeure plus modeste mais tout aussi chaleureuse et accueillante.

C’est ainsi qu’au 42 rue Jacob, une seconde enseigne voit le jour au cœur de Saint-Germain des Prés, que nos deux associés baptisent, non sans une certaine malice : JOSEPHINE BAKERY.

150x180

Un Ballet de douceurs
 

Ce sont tout d’abord les effluves de pains chauds sortis des fours et l’odeur des douces gourmandises qui mènent nos pas jusqu’au 42 rue Jacob. Puis la porte s’ouvre sur une maison lambrissée de chêne, aux tonalités gris cendré, qui nous accueille chaleureusement au cœur d’un univers où l’on sent planer un mélange de tradition, d’authenticité et de créativité maîtrisée.

Enfin, le regard se pose sur une collection de pâtisseries, présentées telles des œuvres d’art, sous cloches, afin d’être admirées, jaugées avant d’être dégustées. Car il est indéniable que les gâteaux de Benoît Castel sont aussi parfaitement beaux que délicieusement bons !

Mais les gourmandises sucrées ne sont pas les seuls attraits de la maison qui ne compte pas moins d’une vingtaine de pains différents, des plus classiques aux plus originaux en passant par les traditionnels. Servis chauds et frais grâce à plusieurs fournées par jour, ils sont confectionnés avec les meilleures farines et levains, au sous-sol où s’affairent 2 boulangers dès 4 heures du matin.

Et pour la pause-déjeuner, une offre « snacking premium » ultra sélective et qualitative pour réconforter les malchanceux condamnés à se restaurer sur le pouce, faute de temps… Une gamme de sandwichs et de salades entièrement confectionnés sur place et composés de produits d’exception : jambon Bellota, Bellota, saucisson et chorizo Bellota, Comté affiné 18 mois, figues de Soliès…

150x180

Farandole de desserts
 

Le parfum sucré des génoises, meringues et autres pâtes sablées, les notes acidulées des fruits frais, l’amertume du cacao ou le goût corsé du café… Cette symphonie d’arômes, ce concert de saveurs et cette harmonie de couleurs sont orchestrés avec maestria par le chef pâtissier Benoît Castel, au gré des saisons et selon son humeur ou ses inspirations.

Dans ses créations, on retrouve certains goûts de notre enfance, des traditions revisitées et une certaine espièglerie, dans l’appellation ou dans le détournement du sujet.

Tarte Lintzer nouvelle version, en hommage à ses amis alsaciens Christophe Felder et Sébastien Bauer, Takelâge (verrines déclinées en plusieurs versions dont Bobo au Rhum), P’tit pralin, tarte figue/pistache, cheese cakes, cupcake meringue, tarte crumble chocolat… côtoient des desserts plus classiques mais parfaitement maîtrisés (tarte aux fraises, tarte citron, millefeuilles, éclairs.) et enfin des spécialités bretonnes que nos deux associés sont fiers de perpétuer dans le plus grand respect de la tradition (le kouign amann, le far breton). Enfin, la signature de Joséphine, c’est ce mini « p’tit beurre » sablé qui orne chacune de ses pâtisseries, clin d’œil à ses origines bretonnes.